Les tribunes

Photo de 2 bulles de BD une rouge et une bleue

Vous pouvez retrouver ici la tribune des élus : majorité et groupes d'opposition

L’équipe de la majorité municipale Vivre Venelles

Bonne rentrée !

Après un bel été à Venelles, durant lequel nous avons eu le plaisir de participer aux animations proposées par la commune, à vos côtés, nous voici déjà au mois de septembre, synonyme de rentrées.

Une rentrée associative tout d’abord avec le Forum des Associations « Une Asso pour tous », où nous espérons vous y trouver nombreux, afin de découvrir ou redécouvrir le tissu associatif venellois.

Vous pourrez ainsi rencontrer les bénévoles, voir la variété et la qualité des activités proposées, grâce aux démonstrations et animations qui ponctuent la journée, les tester avant de faire votre choix et vous y inscrire.

Ce sera également l’occasion de mieux appréhender les actions en faveur du sport-santé, thématique que nos clubs ont souhaité créer et développer dans leurs pratiques.

Une rentrée scolaire également pour nos petits Venellois, dans des locaux qui ont bénéficié de travaux de rénovation et de sécurisation durant l’été.

Une rentrée culturelle enfin, avec le traditionnel Festival « Les Arts dans le Parc » qui marque le début de la saison culturelle venelloise.

Cette année encore, vous aurez la chance de pouvoir bénéficier d’une programmation exceptionnelle, au goût de tous, et pour tous les publics, élaborée en étroite collaboration avec nos partenaires (Comparses et Sons, L’Entrepôt et la MJC).

Nous sommes fiers de présenter, une nouvelle fois, aux Venellois une culture accessible à tous, de qualité et novatrice !

Nous aurons également à cœur de continuer à construire, avec vous, notre Venelles demain.

Ainsi, nous avons voté au dernier Conseil Municipal du mois de juin, l’attribution du concours de maîtrise d’œuvre du futur Pôle Culturel, au cabinet King Kong, qui avait reçu l’assentiment unanime du comité technique et du jury de concours, composé d’élus de la majorité et de l’opposition.

Ce vote marque une nouvelle étape dans la construction de ce projet structurant pour la Commune, qui nous permettra de mieux satisfaire les besoins des Venellois, en offrant une capacité d’accueil supérieure dans un bâtiment plus fonctionnel et plus moderne, mais aussi de mutualiser des espaces et des ressources techniques et humaines pour le fonctionnement du Pôle culturel.

Nous viendrons également vous présenter la première étape du projet de redéfinition du Parc des Sports Maurice Daugé, que nous avons élaboré en concertation avec les clubs sportifs de la commune.

Il s’agit une nouvelle fois de proposer une vision à long terme pour ces équipements magnifiques, situés dans un cadre idyllique, mais que nous voulons rendre encore plus agréables pour vous, que vous soyez amateurs ou licenciés, et pour nos clubs.

Ces projets, comme les autres, nous les développons, nous les travaillons, avec vous, pour vous et nous nous faisons fort de venir vous les présenter et les concerter, pour que nous imaginions et créions ensemble notre Venelles de demain.

Notre action au service des Venellois reste, plus que jamais, guidée par l’intérêt général, la concertation, tout en veillant à rationaliser l’utilisation des deniers publics, dans un cadre budgétaire contraint par les aléas métropolitains et nationaux.

Avec cette vision, nous espérons construire de manière raisonnée et durable notre belle ville, pour qu’elle garde ses particularités et ses charmes que nous envient tant de gens.

 

Les élus d’Ensemble pour Venelles : Robert Chardon, Jean-Claude Bouchter, Jean-Marc Manzon, Michel Granier

VENELLES, VILLAGE VIVANT

Il y a plus d’une centaine d’années, Venelles se partageait déjà en 3 secteurs :

• le village « historique », Venelles le Haut qui rassemblait 90 % de la population* Venelloise, la Mairie, l’Eglise, l’Ecole et quelques commerces

• le « hameau » en bas de la colline, appelé « Les Logis » où, du fait de l’apparition de l’automobile et du passage de la route « impériale » 96  s’étaient installés des établissements utiles aux personnes en déplacement : auberges, maréchaux-ferrants, et divers commerces, épicerie, boucherie, bars et même la Poste,

• la campagne où travaillaient « les forces vives » du village, les agriculteurs.

Puis arrive le tremblement de terre de 1909 et l’installation en bas de colline, au bord de la route « nationale » 96, d’une part importante de la population et la construction de la nouvelle Eglise.

Il y a une cinquantaine d’années, c’est la Mairie qui s’installe aux Logis, la station d’essence qui disparaît avec la construction de l’autoroute, laissant l’espace nécessaire pour la place du marché, la construction d’un bâtiment pour la Poste à son emplacement actuel.

Les agriculteurs devenant de plus en plus âgés disparaissent, leurs héritiers commencent à vendre les terres cultivées, souvent des vignes, et les promoteurs immobiliers s’empressent de faire signer des promesses de vente pour déposer des dossiers de lotissements. Un peu de publicité et les lots (de petites dimensions, pour en faire plus !) se vendent comme des petits pains. Les « futurs Venellois » sont heureux de pouvoir venir habiter à la campagne mais ne réalisent pas toujours que le village est en train d’exploser en plusieurs quartiers, sans aucun équipement ni commerce : pas d’école, pas de transports, pas de commerces, …, des rues étroites où l’on ne peut même plus stationner sa voiture, le garage prévu au permis de construire étant souvent remplacé par une chambre supplémentaire et la voiture se retrouvant dans la rue avec la future « 2° » voiture du couple, voire même la prochaine « 3° » voiture des enfants… !

En réalité, ce qui intéresse les promoteurs, c’est plus la vente des parcelles de terrains que la vie quotidienne des futurs résidents.

Et maintenant, Venelles est devenu un village à plusieurs quartiers isolés (Logissons, Val de Tourame, Les Faurys, La Gare, Le Claou, Le Vieux Puits, Les Figuerasses, … ), sans commerce ni école, éloignés entre eux et, qui plus est, séparés les uns des autres par la zone d’activités.

S’il est vrai que les différentes municipalités ont eu à cœur d’équiper la commune avec des installations sportives et de loisirs pour les jeunes, il convient de réfléchir au développement futur de notre village. Étant actuellement à environ 9000 habitants, doit-on poursuivre inlassablement la croissance de la population alors qu’il y a un volume suffisant d’habitants pour trouver tout ce que l’on cherche sur place et bénéficier des équipements collectifs du Pays d’Aix et de la Métropole.

Même les passionnés d’art ou de culture ne vont pas toutes les semaines à un spectacle et pour cela, Aix est parfaitement bien dotée.

Alors, avant de s’engager à fond dans la construction d’immeubles pourquoi ne pas réfléchir à ce qui fut il y a une trentaine d’années le slogan d’une campagne électorale : VENELLES VILLAGE VIVANT.

Aujourd’hui, Venelles le Haut représente moins de 10% de la population.

Réunir Venelles

Le blues de l’opposant

Tous les trois mois, le même courriel nous arrive de la responsable de la communication de la Mairie : « Pourriez-vous, s’il vous plaît, nous transmettre vos textes à insérer dans les pages “Tribunes”. Je vous rappelle que votre tribune doit comporter 600 mots soit 3600 signes espaces compris ».Et tous les trois mois, les mêmes interrogations, les mêmes états d’âmes : nos textes à la présentation austère placés en fin de revue entre des pages hautes en couleur avec de magnifiques photos sur lesquelles d’ailleurs nous n’apparaissons jamais (pourtant nous sommes bien présents à chaque inauguration, manifestation ou autres célébrations) sont-ils vraiment lus ? Intéressent-ils le lecteur? Comment sont-ils jugés? Instructifs, constructifs ou comme le simple reflet d’une opposition politicienne, c’est à dire stériles.

En fait à chaque fois la même question se pose : A quoi sert l’opposition municipale ? Comment est-elle perçue par la population et finalement qu’attend-elle de nous ?

Ce petit encart qui nous est accordé chaque trimestre est, avec les séances du conseil municipal, notre seule façon de nous exprimer officiellement en touchant l’ensemble des Venellois. Mais si l’on en juge par le taux de fréquentation (quasi nul) du conseil municipal, nos interrogations sont légitimes et pourtant ces séances publiques peuvent être très instructives pour appréhender les sensibilités des uns et des autres sur tel ou tel dossier.

Comment expliquer ce manque d’assiduité, cet apparent désintéressement? Traduisent-ils un désintérêt de la chose publique ou une confiance aveugle dans l’équipe en charge de la gestion de la commune et finalement une globale satisfaction de la politique menée et des choix faits.

En fait quelle qu’en soit la raison, le positionnement de l’opposition s’avère toujours très difficile et jamais très gratifiante. D’ailleurs la qualification d’opposant a clairement une connotation négative.

Etre dans l’opposition ne fut pas notre choix mais celui des électeurs, ce n’est ni un métier, ni une fin en soi. Nous portions un projet, nous voulions être élus pour le réaliser mais les électeurs en ont décidé autrement en donnant une légère avance à l’équipe en place aujourd’hui.

Défendre un projet est une chose, combattre celui de l’équipe adverse en est une autre. Ce qui est compréhensible lors de la campagne, l’est un peu moins tout au long du mandat et on peut légitiment se demander pourquoi s’opposer à certains choix qui ont eu la légitimité du suffrage et qui dans tous les cas, majorité oblige au conseil, se concrétiseront quelle que soit notre position.

Un exemple concret : le pôle culturel, nous portions un autre projet et nous avons toujours considéré que le dimensionnement, le positionnement et le coût du projet porté par la municipalité en place n’était pas judicieux. Les électeurs ne nous ont pas suivi dont acte.

Cet équipement, sauf aléas, se réalisera donc, comme prévu par la majorité. Alors pourquoi finalement toujours s’y opposer, toujours s’épuiser à égrener des arguments qui finalement n’ont pas été entendus et non pas convaincus. Peut-être avons-nous tort, sur la forme et sur le fond ?

Nous nous sommes engagés en politique pour construire, pour défendre un projet, porter des idées et non pas pour nous opposer systématiquement à un autre.  Certes nous avons des sensibilités différentes mais je reste convaincu que, tous, nous voulons le bien être de notre commune.    

Alors plutôt que des opposants, nous voulons être considérés comme des venellois qui aimons notre commune et surtout pas comme des empêcheurs de tourner en rond. C’est du moins ainsi que nous concevons notre engagement au sein de la Municipalité.

Sommes-nous utiles, la question reste ouverte ?

http://didierdesprez.reunirvenelles.org/