Année 2021

Photo montrant le budget 2021

Pour tout savoir sur le budget 2021 (rapport d'orientation budgétaire)

Bilan 2021

En France

En 2020, la crise sanitaire liée à l’épidémie de covid-19 a été à l’origine d’une crise économique inédite avec :

• une baisse exceptionnelle du PIB en 2020 :
  • – 4,9% dans la zone de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), soit la plus forte baisse jamais enregistrée depuis 1962
  •  – 9% en France
• des politiques de soutien budgétaire et monétaire sans précédent :
  • financement par l’Etat du chômage partiel et garanties d’emprunt
  • plan de relance…


À Venelles : un excédent malgré tout

À la clôture au 31 décembre 2020, les deux sections du budget communal présentent un résultat global cumulé excédentaire
Tableau en euros

Mais le bilan 2020 est très impacté par la crise sanitaire :

• La perte est estimée à plus de 330 000€ sur la section de fonctionnement du budget de la commune.
• La commune n’a pas bénéficié du mécanisme de compensation mis en place par l’Etat des pertes de recettes fiscales et domaniales : seulement 2 500 communes et une centaine d’Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) sont concernées.
• En Fonctionnement, l’aide de l’Etat pour faire face à la crise sanitaire s’est limitée en 2020 à 22 592€ (12 592€ pour l’achat de masques sur une dépense de 45 237€ et 10 000€ pour l’aide à l’accueil des loisirs).

Le budget prévisionnel 2021

Malgré l’impact de la crise sanitaire sur le budget et l’absence de compensation par l’Etat, la municipalité ne souhaite pas alourdir la pression fiscale des Venellois.
Les dépenses de fonctionnement restent maîtrisées et pourront être réajustées en fonction de l’évolution de la crise sanitaire. L’encours de dette a presque été divisé par 2 depuis 2014.
L’optimisation des subventions auprès de nos partenaires nous permettra de poursuivre une politique ambitieuse d’investissement et d’équipements structurants pour la commune au profit de toute la population venelloise.
Le budget prévisionnel 2021 s’inscrit dans la volonté de la municipalité de mettre en œuvre les axes prioritaires à savoir :

• la défense de l’environnement et de la biodiversité pour une ville en transition énergétique et écologique, pour l’agriculture, la gestion des risques et une mobilité durable
• la maîtrise du développement de la commune pour un cadre de vie harmonieux, pour un urbanisme maîtrisé, pour les logements, les projets d’aménagement, la voirie et le développement économique
• la participation de chaque Venellois à la vie communale, pour la jeunesse, l’éducation et la petite enfance, le sport, la culture, le bel âge et la sécurité, pour une ville connectée.

Les recettes de Fonctionnement

Les recettes réelles de fonctionnement sont envisagées sur les bases suivantes :

• Pour cette deuxième année de crise sanitaire les recettes au niveau des différentes régies (scolaire, ALSH, culture…) sont estimées avec prudence à 350 000€.
• Malgré la poursuite de la réforme sur la taxe d’habitation qui est pour la commune une perte de son levier fiscal, les taux communaux de la taxe sur le foncier bâti et non bâti resteront inchangés en 2021.
• Les dotations de l’Etat sont d’un niveau quasi constant sauf pour la dotation forfaitaire en baisse de – 35 675€.

Les dépenses de Fonctionnement

Les dépenses réelles de fonctionnement sont envisagées sur les bases suivantes :

• Les charges à caractère général (chapitre 011) tiennent compte d’une reprise de certaines manifestations dès cet été mais aussi de la poursuite des protocoles sanitaires.
• Les charges de personnel (chapitre 012) évoluent en fonction de critères externes (GVT : glissement vieillissement technicité, PPCR : parcours professionnels, carrières et rémunérations…) et internes (recrutements, départ en retraite…) mais intègrent également les besoins de personnel pour le respect des protocoles sanitaires.
• Les charges relatives à la Loi Solidarité et renouvellement urbain (chapitre 014) baissent du fait des efforts fournis par la commune pour la construction de logements sociaux (moins de pénalités liées à la carence en logement aidé).

Les dépenses d’Investissement

En 2021, la commune poursuit un programme d’investissement ambitieux dont :

• Les travaux de construction du pôle culturel : 4 420 000€ TTC
• Le schéma directeur au parc des sports : 1 788 000€ TTC (études pour un double dojo, une boucle de running, l’extension du skate parc, la rénovation siège de l’AVT…)
• Le programme d’amélioration des voiries : 1 556 000€ TTC (dont : rue des Isnards, chemin de l’Espigoulier, rue du Jas de Violaine, rue du 08 mai 1945…)
• Des travaux dans divers bâtiments  communaux : 1 344 000€ TTC (école des Cabassols, nouveau Local jeunes, maison Laurin / lieu de coworking …)
• Deux nouvelles opérations structurantes programmées : réaménagement en deux phases sur 6 ans de l’avenue de la Grande Bégude et un groupe scolaire aux Logissons.

Les recettes d’Investissement

Le programme d’investissement est financé cette année par :

• Le Fonds de compensation de la taxe sur la valeur ajoutée (FCTVA) qui correspond au remboursement de la TVA des équipements réalisés en N-1.
• La taxe d’aménagement perçue par la Métropole Aix-Marseille Provence au titre des autorisations d’urbanisme (permis de construire, déclaration préalable) et reversée à la commune à hauteur de 60%. La commune pourra compter sur cette recette jusqu’en 2023.
• Les subventions accordées par la Métropole, le Département, la Région et l’État
• Une recette exceptionnelle d’1 million d’euros pour la vente des terrains de la station BP réalisée en mars 2021.
• L’autofinancement lié aux excédents dégagés des sections de Fonctionnement et d’Investissement dégagé en 2020.

La dette

Un désendettement soutenu et une excellente capacité de désendettement :

• Aucun emprunt n’a été contracté depuis 2014
• Sur la période de 2014 à 2020, l’encours de dette au 31/12 de l’année est passé de 4,88 millions € en 2014 à 2,57 millions € en 2020, soit une baisse globale de -47,3% .
• La capacité de désendettement de la commune est de 2 ans alors qu’elle est en moyenne de 4 ans pour les communes de la même strate et que l’objectif fixé dans la Loi de programmation des finances publiques (LPFP) 2018-2022 est de 12 ans.