Quelques règles élémentaires de stationnement

Photo d'une voiture mal garée sur un trottoir représentant le stationnement gênant

Les stationnements sont soumis à une réglementation très stricte. Il est impératif pour vous de les respecter sous peine de recevoir une contravention !

Le stationnement “anarchique” aux abords des écoles et dans la commune

Conduire ses enfants ou petits-enfants à l’école maternelle et primaire relève d’un véritable parcours du combattant. Entre stationnement hors des places de parking, vitesse excessive, passage forcé, recul sans contrôle ; l’accès aux écoles devient très difficile mais surtout dangereux.
Afin de circuler dans des conditions de sécurité optimales et comptant sur le civisme de chacun, il est demandé à chacun d’être vigilant et de se garer correctement sur les emplacements prévus à cet effet. Un stationnement sur un trottoir peut mettre en danger la vie d’un enfant et de son accompagnateur et mettre en difficulté les jeunes parents ayant une poussette.      

Dans les rues où le stationnement n’est pas matérialisé, il est demandé de laisser le libre accès des riverains à leur propriété ou garage.

Le stationnement très gênant

Si vous vous garez sur une voie de bus, un emplacement réservé aux personnes en situation de handicap, à cheval sur une piste cyclable, sur un trottoir, à 5 mètres avant un passage piéton… vous êtes sur un stationnement dit très gênant. Les risques : 135 € d’amende forfaitaire et/ou une mise en fourrière de votre véhicule !

Les zones bleues

Ce sont des zones de stationnement gratuites et limitées à proximité des commerces et services publics. Pour occuper ces places, il est impératif de posséder un disque horaire européen, délivré gratuitement en mairie ou auprès de la police municipale, et de bien vérifier la signalisation indiquant la limitation d’horaires (15 min., 30 min., 1h30…). Le disque doit être réglé sur votre heure d’arrivée et posé derrière votre pare-brise. En cas de non respect, vous encourez une contravention de 17€, gérée informatiquement.

Les « véhicules tampons »

Le stationnement ininterrompu d’un véhicule sur un même lieu de la voie publique, pendant une durée excédant sept jours est considéré comme abusif. Tout stationnement abusif est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la deuxième classe soit 35 € (article R417-12 du code de la route) mais peut aussi faire l’objet d’une mise en fourrière.